Maladies sexuellement transmissibles: épidémiologie et prise en charge

Fortbildung
Édition
2022/10
DOI:
https://doi.org/10.4414/phc-f.2022.10556
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2022;22(10):313-317

Publié le 05.10.2022

En Suisse, nous observons une tendance nettement à la hausse du nombre des maladies sexuellement transmissibles déclarées. Ceci s'explique principalement par un dépistage accru, par exemple le dépistage de routine non recommandé de l’infection à chlamydia chez les femmes sexuellement actives, les campagnes de dépistage régulières pour les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et la forte baisse des coûts des tests de dépistage des MST.

Réponses aux questions fréquentes – 1re partie

Série Infectiologie

Dans la pratique, les infections et les défenses immu­nitaires sont des thèmes centraux. Ils offrent d’ex­cellentes opportunités de collaboration interdisciplinaire, de vérification de concepts courants et d’intégration de méthodes des médecines complémentaires. Philip Tarr est interniste et infectiologue à ­l’hôpital cantonal de Bâle-­Campagne, et il mène un programme national de recherche PNR 74 sur le scepticisme vis-à-vis des vaccins. Il attache beaucoup d’importance à une médecine centrée sur les patients ainsi qu’à des ­articles pertinents pour la pratique, que nous allons publier régulièrement dans cette série du Primary and Hospital Care.
 

Introduction

Les personnes vivant en Suisse ont, au cours de leur vie, en moyenne sept partenaires sexuels et 27% ont déjà «trompé» leur partenaire, la moitié d’entre elles sans utiliser de préservatif. C’est ce qui ressort d’une enquête concernant la prévention des maladies sexuellement transmissibles (MST) réalisée en 2016 et mandatée par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) [1]. L’objectif de cet article est de répondre de manière pratique aux questions principales relatives aux MST. Dans l’illustration 1, nous résumons les points les plus importants de la procédure à suivre en cas de suspicion de MST et le tableau 1 présente le diagnostic et le traitement des MST principales.
Figure 1: 
Les points les plus importants de la procédure à suivre en cas de suspicion de MST.

Épidémiologie

Comment les MST se transmettent-elles?

Les MST ne se transmettent pas par contacts sociaux quotidiens comme boire du même verre, à la piscine ou par la lunette des toilettes – il faut des rapports sexuels. Il s’agit principalement de rapports anaux et génitaux, mais aussi de pratiques perçues comme moins risquées comme le sexe oral, qui ne joue ­aucun rôle dans la transmission du VIH, mais dans la transmission de presque toutes les autres MST [2–4]. C’est important car le sexe oral est souvent considéré comme sans risque et il y a aujourd’hui clairement plus de sexe oral pratiqué qu’il y a 30 ans [3]. Le sexe oral n’est presque jamais pratiqué de manière protégée (d’où l’importance de l’anamnèse). Certains experts considèrent également les baisers intensifs comme un facteur de risque potentiel des MST, p.ex. pour la gonorrhée [5]. D’autres pratiques infectieuses sont entre autres le contact oro-anal (appelé rimming), l’échange de sex toys lors de rapports sexuels en groupe et l’introduction de tiges métalliques dans l’urètre (appelée sounding) lors de pratiques en groupe. Une anamnèse précise et sans jugement est essentielle dans le domaine des MST.

Les MST se voient-elles sur le/la partenaire sexuel.le?

La plupart du temps, non. La plupart des transmissions de MST se font par des personnes asymptomatiques. Les verrues anogénitales sont souvent bien visibles, la syphilis, la variole du singe et l’herpès génital peuvent également se présenter avec des lésions visibles. En cas de gonorrhée masculine, il peut y avoir un écoulement urétral purulent, tandis que le lymphogranulome vénérien (LGV), rare et aujourd’hui bien plus souvent anal, s’accompagne parfois d’une lymphadénopathie inguinale («bubons»).

Dans quelle mesure les préservatifs ­protègent-ils contre les MST?

Ceci peut varier. Les préservatifs sont, en principe, un moyen de protection simple et peu coûteux contre les MST. Certaines limites des préservatifs sont:
  1. Les rapports sexuels avec préservatif sont souvent perçus comme moins agréables [6, 7]. 
  2. Si l’on mise trop sur la prévention grâce aux préservatifs, on perd les personnes qui ne sont pas prêtes à l’utiliser [18]. 
  3. Même s’ils sont utilisés correctement, les préservatifs n’offrent pas 100% de protection et ne protègent pas contre toutes les MST de la même manière [8]. Ainsi, les préservatifs protègent probablement mieux contre les MST transmises dans les écoulements (gonocoques, chlamydia) mais moins bien lorsque le contact direct de peau à peau est important pour la contagion et que les sites contagieux se trouvent en dehors du préservatif, comme l’herpès, le HPV (verrues anogénitales), la variole du singe ou la syphilis. L’effet protecteur du préservatif est estimé à bien plus de 80% contre une contamination par le VIH [9], à environ 60–70% contre le HPV [10], à environ 60% contre la gonorrhée et la chlamydia [11–13] et à environ 30% contre l’herpès [14, 15]. Les transmissions des MST, notamment pour le HSV, l’HPV et la gonorrhée, sont également possibles par contacts génito-manuels (lors des préliminaires sexuels ou avant d’enfiler le préservatif). Le risque exact est difficile à chiffrer car il est souvent suivi de rapports sexuels pénétratifs [16, 17].

Les MST sont-elles toutes contagieuses pareillement [19]?

Non. Le risque de MST dépend avant tout du nombre de partenaires sexuels, des pratiques sexuelles, de la composition et de la densité du réseau sexuel et, dans une bien moindre mesure, de l’utilisation de préservatifs; certaines MST sont plus contagieuses que d’autres. Ainsi, la probabilité de contracter la syphilis ou la gonorrhée est >50% si le/la partenaire sexuel.le est infecté.e par la gonorrhée ou la syphilis primaire/secondaire/latente précoce [21]. Le HPV est également considéré comme assez contagieux: environ 20% des partenaires sexuels séronégatifs au début de la relation pourraient être infectés par le même type d’HPV dans les six mois [22]. En revanche, en cas d’herpès ­génital asymptomatique, <5% des partenaires le contractent chaque année [14]. Le VIH ne se transmet pas si facilement non plus – risque d’infection <1:100 «par acte sexuel» lors de rapports anaux entre hommes, et le risque est plus faible encore lors de ­rapports vaginaux entre femmes et hommes [23, 24]. En outre, les personnes vivant avec le VIH et suivant un traitement efficace (charge virale supprimée) ne sont pas contagieuses sexuellement. Cela a été officiellement constaté en Suisse dès 2008 («Swiss statement») [20] et des études internationales ont depuis également confirmé cet état de fait [25].

Dois-je poser des questions sur l’usage de ­drogues lors de l’anamnèse?

Oui, mais il est important d’adopter une approche nuancée (encadré 1).

Encadré 1: Chemsex et infections sexuellement transmissibles

Sous le nom de «chemsex», on parle, ces dernières années, de plus en plus d’une certaine forme de sexualité dans la sous-culture d’HSH, qui combine certaines drogues et le sexe. Ces drogues sont essentiellement des stimulants, c’est-à-dire des substances qui aident à vivre les relations sexuelles avec plusieurs personnes plus longtemps (des heures, voire même des jours; par ex. la méthamphétamine [«Crystal Meth», «Tina»], la cocaïne, la méphédrone) ou plus intensément (le GHB/GBL, la kétamine) [26]. Pour certains auteurs, le sexe en groupe et le sexe entre hommes sont des conditions nécessaires au chemsex. Il y a un large consensus sur le fait que le chemsex est un sous-ensemble plutôt petit dans l’usage sexualisé des drogues.
Chez les jeunes (et en particulier chez les femmes), le risque de MST en cas de partenaires multiples est associé à la consommation d’alcool. Les rapports sexuels sous l’influence de l’alcool ou du cannabis, mais aussi les rapports sexuels après une fête sous l’influence résiduelle d’ecstasy ou d’amphétamines sont fréquents, surtout chez les jeunes, mais ne sont pas du chemsex. Le chemsex concerne un peu moins de 10% des HSH suisses [27]. Les hommes qui pratiquent le chemsex ont plus souvent des MST que les autres personnes [28]. Les hommes qui pratiquent le chemsex devraient être dépistés 4 fois par an pour les MST tout comme les utilisateurs et utilisatrices de la PrEP [28].

Les MST sont-elles en hausse en Suisse

Oui et non. Dans toute l’Europe, on a certes observé une tendance à la hausse des déclarations des MST au cours des 20 dernières années, mais il y a plusieurs raisons pour cela. L’une d’entre elles est le dépistage accru – les HSH en particulier sont de plus en plus souvent soumis à un dépistage des MST [29, 30], en particulier tous les trois mois pour les patient.es sous prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP) même s’ils ou elles sont asymptomatiques. Ensuite, les pratiques sexuelles ont beaucoup évoluées; chez les jeunes hétérosexuel.les les rapports oraux et anaux sont devenus plus fréquents [3]. Les tests de dépistage de la chlamydia sont également plus nombreux, surtout lors des contrôles gynécologiques de routine, mais il n’y a pas eu de réelle ­augmentation [31] (voir tableau 1). Autre raison: les ­méthodes de détection (en particulier la PCR) sont aujourd’hui beaucoup plus sensibles qu’auparavant; les nouvelles méthodes de test PCR «multiplex» (de plus en plus utilisées en Suisse ces derniers temps) ne détectent pas un seul, mais de nombreux agents pathogènes d’MST, qui sont en partie asymptomatiques (ainsi, la gonorrhée et les chlamydias ne sont pratiquement plus testés que de manière combinée). Une véritable augmentation [31] a surtout eu lieu pour la syphilis, alors qu’elle avait pratiquement disparu en Suisse à la fin des années 90 [31, 32]. La diminution du nombre d’MST déclarées en 2020, pendant la pandémie de Covid-19 (encadré 2), est cependant remarquable.
Tableau 1:
Caractéristiques des MST principales [65, 66, 75].
 Chlamydia [65,66]Gonorrhée [70]Herpès génital [72]Syphilis [21]
Agent pathogèneChlamydia trachomatisNeisseria gonorrhoeaeHSV-1, HSV-2Treponema pallidum
DémographieFemmes >> Hommes [73] généralement en âge de procréerHommes >> Femmes [74]Femmes > HommesHommes >> Femmes, surtout HSH
Période d'incubation(temps entre la contamination sexuelle et les lésions cliniques)7–21 jours, parfois plus1–7 jours, occasionnellement jusqu'à 14 jours4–7 jours10–90 jours (en moyenne 3 semaines) jusqu'à la syphilis primaire
Symptômes♀ 20% symptomatiques: écoulement vaginal, douleurs vagues dans le bas-ventre, saignements après les rapports sexuels, saignements entre les menstruations, dysurie, maladie inflammatoire pelvienne 50% symptomatiques: dysurie, écoulement de l'urètre, douleurs testiculairesimportant: anus** et pharynx: >90% asymptomatique!♀ 50% symptomatiques: pertes vaginales, démangeaisons, douleurs en urinant, douleurs vagues dans le bas-ventre, maladie inflammatoire pelvienne Urétrite 90% symptomatiques: écoulement purulent, épididymite, proctite**, pharyngite**important: anus** et pharynx: >90% asymptomatique!Avant l'apparition des lésions: souvent brûlures, picotements, douleurs et/ou démangeaisonsGénéralement plusieurs vésicules sur fond rougeLes vésicules peuvent éclater, se transformer en ulcères, former des croûtesNB: si la distinction avec la syphilis n’est pas claire → tester les deuxLa situation la plus fréquente est une sérologie positive asymptomatiqueSyphilis primaire: nodule local, ulcère, généralement indolore, souvent inaperçu; 1–3% ont en même temps une neurosyphilis précoce.Syphilis secondaire: exanthème (maculaire, papuleux, éventuellement folliculaire/pustuleux; dans 70% des cas en comprenant la paume des mains ou des pieds; presque jamais vésiculeux; peut s'écailler), baisse de l'état général, fièvre, gonflement des ganglions lymphatiques; 1–3% ont simultanément une neurosyphilis précoceSyphilis tertiaire: atteinte du système nerveux, neurosyphilis (ataxie, démence), uvéite, anévrisme aortique
CommentairesProctite ou lymphadénopathie inguinale marquée → Rechercher un lymphogranulome vénérien (LGV) (commander des sérovars L1-L3 de C. trachomatis au laboratoire)Faire une PCR de contrôle/culture au plus tôt 2 semaines après le traitementConseils: voir la check-list dans notre article PHC Surber et al, de mars 2020 [72]La syphilis primaire et secondaire guérissent après 1–3 mois, même sans antibiotiques
** 3% des hommes et 10% des femmes ont des relations sexuelles anales, selon des enquêtes [76], mais ne le déclareront pas forcément en consultation.

Endacré 2: Les MST en période en pandémie

En 2020, le nombre de cas de gonorrhée déclarés en Suisse a nettement diminué immédiatement après le lockdown et n’a retrouvé son niveau d’avant le lockdown qu’à la mi-septembre 2020. Par analogie, le nombre de visites dans les centres de dépistage VIH/MST en Suisse a également nettement diminué. En raison de la pandémie, les tests de dépistage des MST asymptomatiques ont été moins nombreux et, par moments, différents centres de dépistage des MST (y compris les checkpoints) ont été fermés [31]. Il se peut également que les patient.es atteints d’une MST symptomatique n’aient pas consulté de médecin par peur de se rendre dans un établissement médical dans le cadre de la pandémie (un phénomène similaire a été observé pour les infarctus du myocarde, les accidents cérébro-vasculaires, etc.) De même, le nombre de nouveaux diagnostics de VIH a nettement diminué (d’environ un tiers) en 2020.

Dois-je donc dépister les MST ou non?

Cela dépend de la probabilité (pré-test) d’une MST. Le dépistage des MST est utile chez les HSH ayant des partenaires alternants, notamment ceux qui prennent la PrEP (encadré 3), ainsi que les travailleurs et travailleuses du sexe commerciaux [8, 127].

Le VIH est-il en hausse en Suisse?

Non. Pour le VIH, on constate une tendance favorable à la baisse. En 2019, il y avait 421 nouveaux diagnostics de VIH et en 2020, 290 [34] (jusqu’en 2015, le nombre de nouveaux diagnostics annuels était toujours >500) [31]. 80% des nouvelles infections au VIH en Suisse concernent les hommes.

Faut-il faire un test VIH pour chaque diagnostic de MST?

En principe oui – la Commission fédérale pour la santé sexuelle le recommande dans le cadre du Provider Initiated Counselling and Testing (PICT) [35]. En particulier si la personne qui demande conseil souhaite un test VIH: il faut le faire absolument. Les femmes et les hommes non HSH en Suisse présentent généralement un faible risque de VIH et le test est en conséquence le plus souvent négatif: p.ex. pour les femmes atteintes de chlamydiose, une sérologie VIH est à envisager en fonction du risque individuel (p.ex. immigrées d’Afrique subsaharienne, travailleuses du sexe à but lucratif, rapports sexuels pendant des vacances dans un pays à forte prévalence). Important: en cas de MST répétées, il faudrait recommander la possibilité d’une PreP [36, 37].

Contre quelles MST peut-on se faire vacciner?

Pour tout diagnostic d’MST, il convient de vérifier le statut vaccinal contre les infections évitables par la vaccination (hépatite B, HPV, hépatite A chez les HSH): Inviter le/la patient.e à envoyer une photo de son carnet de vaccination par e-mail ou par SMS. Il est certes recommandé de se faire vacciner contre le HPV avant le premier rapport sexuel, car c’est à ce moment-là que cette vaccination est la plus efficace. Néanmoins les personnes présentant des dysplasies ou des MST peuvent également être vaccinées – rares sont celles qui sont déjà infectées par les neuf types de HPV contenus dans le vaccin. L’assurance maladie prend en charge les frais à condition que la 1ère dose de vaccin HPV soit administrée avant le 27e anniversaire dans le cadre d’un programme de vaccination cantonal. En outre, les HSH avec partenaires multiples peuvent être vaccinés contre les ménigocoques du groupe A,C,W,Y (Menveo®) en raison du risque accru de contact et/ou de transmission [37a] (mais pas de prise en charge par la caisse-maladie en dehors des groupes d’âge 2–5 et 11–15 ans). Intéressant: l’effet protecteur également contre les infections à gonocoques d’environ 30 à 60% du vaccin contre les méningocoques du groupe B (Bexsero®) [37b], probablement par le biais d’une «immunité croisée» d’antigènes de surface similaires, de sorte qu’une vaccination pour les HSH avec partenaires multiples semble judicieuse (pas de prise en charge des coûts non plus). En Suisse, le vaccin vivant atténué contre la variole (Imvanex®), qui est déjà disponible dans l’UE, sera également disponible prochainement pour la prévention de la variole du singe chez les HSH avec partenaires multiples (probablement en octobre 2022; l’OMS et le CDC s’attendent à une protection d’environ 85%) [37c].

Toutes les MST sont-elles soumises à la déclaration?

Les MST à déclaration obligatoire sont le VIH, la syphilis, les hépatites virales et la gonorrhée. Pour la syphilis, uniquement en cas de premier diagnostic ou de réinfection. La chlamydiose (déclarée par le laboratoire), le LGV, l’herpès et l’HPV ne sont pas soumis à la déclaration médicale obligatoire.

Encadré 3: Qu’est-ce que la PrEP?

La prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP) est une chimioprophylaxie antirétrovirale orale qui protège de manière très efficace les personnes séronégatives exposées à un risque accru de contamination par le VIH [36–38]. Aujourd’hui la PrEP implique la plupart du temps la prise d’une pilule combinée par jour, qui contient les deux substances antirétrovirales ténofovir fumarate de disoproxil (TDF) et l’emtricitabine. La prise se fait soit en continu, soit «à l’occasion» et ne doit se faire que sous contrôle d’un médecin spécialiste. La PrEP permet aux personnes à haut risque d’attraper le VIH de retrouver une vie sexuelle sans crainte. Il n’est pas tout à fait clair si les autres MST augmentent sous la PrEP, car de nombreux utilisateurs et utilisatrices de la PrEP ont déjà une incidence élevée d’MST avant le début de la PrEP [39–41]. La PrEP a permis de réduire le nombre de nouvelles infections VIH de manière impressionnante (efficacité largement supérieure à 90% lorsqu’elle est utilisée correctement). On a par exemple constaté une nette diminution des nouveaux diagnostics de VIH par rapport aux années précédentes chez les HSH à Londres (jusqu’à 80%) et en Australie (40%) [42, 43]. La PrEP offre un véritable complément préventif et une alternative à l’utilisation du préservatif [18]. Un accès illimité à une PrEP bon marché est donc absolument souhaitable aussi en Suisse [44], afin de réduire encore plus le nombre de nouvelles infections par le VIH, voire d’éliminer complètement le VIH [38, 45–48, 56]. Le mieux est d’aiguiller les personnes intéressées par la PrEP vers un.e infectiologue, un checkpoint ou l’un des >30 centres d’étude SwissPrEPared. Cette étude, actuellement en cours, observe déjà plus de 5000 utilisateurs de la PrEP dans toute la Suisse (www.swissprepared.ch). Il convient de noter la contre-indication du diclofénac (Voltaren®) au ténofovir DF. D’autres AINS comme l’ibuprofène peuvent être utilisés avec précaution.
Prof. Dr. med. Philip Tarr
Medizinische ­Universitätsklinik
Kantonsspital Baselland
CH-4101 Bruderholz
philip.tarr[at]unibas.ch
1. Hermann M, Bosshardt L, Milic T, Nowak M. Sex in der Schweiz- eine Studie der Forschungsstelle sotomo im Auftrag der LOVE LIFE-Kampagne, Zürich. Published online 2016.
2. Gindi R, Ghanem K, Erbelding E. Increases in Oral and Anal Sexual Exposure Among Youth Attending Sexually Transmitted Diseases Clinics in Baltimore, Maryland. J Adolesc Heal. 2008;42(3):307–8
3. Mercer CH, Tanton C, Prah P, et al. Changes in sexual attitudes and lifestyles in Britain through the life course and over time: Findings from the National Surveys of Sexual Attitudes and Lifestyles (Natsal). Lancet. 2013;382:1781-1794.
4. Nguyen N, Nguyen L, Thomas S, et al. Oral cancer and oropharyngeal cancer- The role of the primary care physicians. Otolaryngol - Head Neck Surg. 2016;88(11):802-806.
5. Chow E, Cornelisse V, Williamson D, et al. Kissing may be an important and neglected risk factor for oropharyngeal gonorrhoea: A cross-sectional study in men who have sex with men. Sexually Transmitted Infections. 2019;95:516–531.
6. Randolph M, Pinkerton S, Bogart L, Cecil H, Abramson P. Sexual Pleasure and Condom Use. Arch Sex Behav. 2007;36(6):844-848.
7. Higgins, J. A. and Wang, Y. The role of young adults’ pleasure attitudes in shaping condom use. American Journal of Public Health. 2015;105:1329–1332.
8. Schmidt AJ, Rasi M, Esson C, et al. The Swiss STAR trial - an evaluation of target groups for sexually transmitted infection screening in the sub-sample of men. Swiss medical weekly. 2020;150:w20392.
9. Weller S, Davis-Beaty K. Condom effectiveness in reducing heterosexual HIV transmission. Cochrane HIV/AIDS Group, editor. Cochrane Database of Systematic Reviews [Internet]. 2002 Jan 21; Available from: http://doi.wiley.com/10.1002/14651858.CD003255 (Accessed 28.01.2021).
10. Dietrich L, Notter J, Huber B, et al. HPV-Impfung : Update 2019 für die Impfberatung. Swiss Med Forum. 2019;19:220-226.
11. Holmes K, Levine R, Weaver, M. Effectiveness of condoms in preventing sexually transmitted infections. Bulletin of the World Health Organization. 2004;82(‎6):454 – 461.
12. Warner L, Stone KM, Macaluso M, Buehler JW, Austin HD. Condom use and risk of gonorrhea and chlamydia: A systematic review of design and measurement factors assessed in epidemiologic studies. Sexually Transmitted Diseases. 2006;33:36–51.
13. Crosby R, Charnigo RA, Weathers C, Caliendo AM, Shrier LA. Condom Effectiveness against Non-Viral Sexually Transmitted Infections: A Prospective Study Using Electronic Daily Diaries. Sex Transm Infect. 2012;88:484–489.
14. Wald A, Langenberg AGM, Link K, et al. Effect of condoms on reducing the transmission of herpes simplex virus type 2 from men to women. J Am Med Assoc. 2001;285(24):3100-3106.
15. Jungmann E. Genital herpes. Clin Evid (Online). 2007;(4):1-17.
16. Goodyear-Smith F. What is the evidence for non-sexual transmission of gonorrhoea in children after the neonatal period? A systematic review. Journal of Forensic and Legal Medicine. 2007;14:489–502.
17. Goodyear-Smith F, Schabetsberger R. Gonococcus infection probably acquired from bathing in a natural thermal pool: a case report. Journal of Medical Case Reports. 2021;15:1–5.
18. Scharf R. Im Gespräch mit … PD Dr. med. Philip Bruggmann. PraxisDepesche 03.2018.:8-10.
19. Bundesgesundheitsministerium Deutschland. Sexuell übertragbare Infektionen (STI) [Internet]. 2019 Available from https//www.bundesgesundheitsministerium.de/service/begriffe-von-a-z/s/sexuell-uebertragbare-infektionen-sti.html (Accessed 29.01.2021).
20. Vernazza P, Hirschel B, Bernasconi E FM. HIV-infizierte Menschen ohne andere STD sind unter wirksamer antiretroviraler Therapie sexuell nicht infektiös. Schweizerische Arztezeitung. 2008;165–9.
21. Itin P, Bosshard P, Trellu L, et al. Syphilis: Diagnostik und Behandlung. Swiss Med Forum ‒ Schweizerisches Medizin-Forum. 2015;19:459–65.
22. Burchell AN, Coutlée F, Tellier PP, Hanley J, Franco EL, Genital Transmission of Human Papillomavirus in Recently Formed Heterosexual Couples. J Infect Dis. 2011;204(11):1723–172.
23. Benn P, Fisher M, Kulasegaram R. UK guideline for the use of post-exposure prophylaxis for HIV following sexual exposure. Int J STD AIDS. 2011;22(12):695-708.
24. https://kssg.guidelines.ch/guideline/1678/5629 (Accessed 01.05.2020).
25. Rodger AJ, Cambiano V, Phillips AN, et al. Risk of HIV transmission through condomless sex in serodifferent gay couples with the HIV-positive partner taking suppressive antiretroviral therapy (PARTNER): final results of a multicentre, prospective, observational study. Lancet. 2019;393(10189):2428-2438.
26. Schmidt AJ, Bourne A, Weatherburn P, et al. Illicit drug use among gay and bisexual men in 44 cities:
Findings from the European MSM Internet Survey (EMIS). International Journal of Drug Policy. 2016;
38:4–12.
27. Giraudon I, Schmidt AJ, Mohammed H. Surveillance of sexualised drug use – the challenges and the opportunities. International Journal of Drug Policy. 2018;, 55:149–154.
28. Macgregor L, Kohli M, Looker K, et al. Chemsex and diagnoses of syphilis, gonorrhoea and chlamydia among men who have sex with men in the UK: A multivariable prediction model using causal inference methodology. Sexually Transmitted Infections. 2021;1–8.
29. Doran J, Weatherburn P, Hickson F, et al. An update on the performance of STI services for gay and
bisexual men across European cities: Results from the 2017 European MSM Internet Survey. Sexually
Transmitted Infections. 2020;1–8.
30. Marcus U, Mirandola M, Schink SB, Gios L, Schmidt AJ. Changes in the prevalence of self-reported sexually transmitted bacterial infections from 2010 and 2017 in two large European samples of men having sex with men-is it time to reevaluate STI-screening as a control strategy? PLoS ONE. 2021;16:1–24.
31. Bundesamt für Gesundheit (BAG). HIV, Syphilis, Gonorrhoe und Chlamydiose in der Schweiz im Jahr 2019: eine epidemiologische Übersicht. BAG Bull. 2019;48(November):8-37.
32. Bundesamt für Gesundheit BAG.Sexuell übertragbare Infektionen (STI) in der Schweiz 1988 bis 2006: Aktueller Stand und Ausblick. BAG Bull. 2008;08:140-149.
33. Schweizerische Herzstiftung. Aktiv gegen Herzkrankheiten und Hirnschlag. Coronavirus. 22.04.2020, Updat 30.01.2021 Avaiable from https//www.swissheart.ch/herzkrankheiten-hirnschlag/leben-mit-der-krankheit/coronavirus-covid-19-fragen-und-antworten.html (Accessed 10.02.2021).
34. Bundesamt für Gesundheit BAG. HIV und Aids in der Schweiz im Jahr 2020. BAG-Bulletin. 2021;48:21.
35. Bundesamt für Gesundheit BAG. HIV-Test und Beratung auf Initiative des Arztes, der Ärztin. BAG Bulletin. 2015;21:237–241.
36. Eidgenössische Kommission für Sexuelle Gesundheit. Empfehlungen der Eidgenössischen Kommission für sexuelle Gesundheit (EKSG) zur HIV Prä- Expositionsprophylaxe (PrEP) in der Schweiz. BAG Bulletin. 2016;77–9.
37. Schoepf I, Haerry D, Tarr P. HIV Prophylaxe. Pharmakritik. 2021;42(6)PK1135
37a. .Robert Koch-Institut. Empfehlungen der Ständigen Impfkommission (STIKO) am Robert Koch-Institut – 2017/2018. Epidemiologisches Bulletin. 2013;30:281
37b. Abara EW, Bernstein KT, Lewis FMT. Effectiveness of a serogroup B outer membrane vesicle meningococcal vaccine against gonorrhoea: a retrospective observational study. Lancet Inf. 2022;22: 1021–29.
37c. World Health Organisation. Monkeypox. [Internet]. Available from https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/monkeypox (Accessed 01.09.2022).
38. Weber M, Nicca D, Schmidtd AJ, et al. HIV-Prä-Expositionsprophylaxe in der Schweiz. Swiss Med Forum. 2021;21(37–38):632–636.
39. Traeger MW, Schroeder SE, Wright EJ, et al. Effects of Pre-exposure Prophylaxis for the Prevention of Human Immunodeficiency Virus Infection on Sexual Risk Behavior in Men Who Have Sex with Men: A Systematic Review and Meta-analysis. Clin Infect Dis. 2018;67(5):676-686.
40. Traeger MW, Cornelisse VJ, Asselin J, et al. Association of HIV Preexposure Prophylaxis With Incidence of Sexually Transmitted Infections Among Individuals at High Risk of HIV Infection. Jama. 2019;321(14):1380-1390.
41. Gandhi M, Spinelli M, Mayer K. Addressing the sexually transmitted Infection and HIV Syndemic. JAMA. 2019;321(14):1356-1358.
42. Grulich AE, Guy R, Amin J, et al. Population-level effectiveness of rapid, targeted, high-coverage roll-out of HIV pre-exposure prophylaxis in men who have sex with men: the EPIC-NSW prospective cohort study. Lancet HIV. 2018;5(11):e629-e637.
43. McCormack S. What happens when PrEP is scaled up? Results from EPIC-NSW. Lancet HIV. 2018;5(11):e607-e608.
44. Tarr P, El Boffi Amari E, Haerry D, Fehr J, Calmy A. HIV-Prä-Expositionsprophylaxe (PrEP). Swiss Med Forum ‒ Schweizerisches Medizin-Forum. 2017;17:579-582.
45. Owens DK, Davidson KW, Krist AH, et al. Preexposure prophylaxis for the prevention of HIV infection: US preventive services task force recommendation statement. JAMA. 2019;321(22):2203-2213.
46. Scott H, Volberding PA. HIV screening and preexposure prophylaxis guidelines: Following the evidence. JAMA -. 2019;321(22):2172-2174.
47. Fauci A, Redfield R, Sigounas G, Weahkee M, Gionoir B. Applying public health principles to the HIV epidemic-how are we doing? N Engl J Med. 2019;373(23):2281-2287.
48. Smith DK, Sullivan PS, Cadwell B, et al. Evidence of an Association of Increases in Pre-exposure Prophylaxis Coverage With Decreases in Human Immunodeficiency Virus Diagnosis Rates in the United States, 2012–2016. Clin Infect Dis. Published online 2020:1-8.
49. Schmidt AJ and Altpeter E. The Denominator problem: Estimating the size of local populations of men-who-have-sex-with-men and rates of HIV and other STIs in Switzerland. Sexually Transmitted Infections. 2019;95:285–291.
50. Janier M, Hegyi V, Dupin N, et al. 2014 European guideline on the management of syphilis. J. Eur Acad Dermatol Venereol. 2014;28(12):1581–93.
51. Lunny C, Taylor D, Hoang L, et al. Self-collected versus clinician-collected sampling for chlamydia and gonorrhea screening: A systemic review and meta-analysis. PLoS One. 2015;10(7):1-23.
52. Berry L, Stanley B. Comparison of self-collected meatal swabs with urine specimens for the diagnosis of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae in men. J Med Microbiol. 2017;66(2):134-136.
53. Feltner C, Grodensky C, Ebel C, et al. Serologic screening for genital herpes: An updated evidence report and systematic review for the US preventive services task force. JAMA - J Am Med Assoc. 2016;316(23):2531-2543.
54. Hook EW. A recommendation against serologic screening for genital herpes infection-what now? JAMA - J Am Med Assoc. 2016;316(23):2493-2494.
55. American Academy of Family Physicians Choosing Wisely Recommendation: Don’t screen for genital herpes simplex virus infection (HSV) in asymptomatic adults, including pregnant women. [Internet]. 2018 Aug Available from https//www.aafp.org/dam/AAFP/documents/about_us/initiatives/choosing-wisely-questions.pdf (Accessed 10.02.2021).
56. Marcus JL, Paltiel AD, Walensky RP. Has Pre-exposure Prophylaxis Made a Difference at a Population Level? Jury Is Still Out. Clin Infect Dis. Published online 2020:1-2.
57. Horner P, Thomas B, Gilroy CB, Egger M, Taylor-Robinson D. Role of Mycoplasma genitalium and Ureaplasma urealyticum in Acute and Chornic Nongonococcal Urethritis. Clin Infect Dis. 2001;32:995-1003.
58. Wetmore CM, Manhart LE, Lowens MS, et al. Ureaplasma urealyticum is associated with nongonococcal urethritis among men with fewer lifetime sexual partners: A case-control study. J Infect Dis. 2011;204(8):1274-1282.
59. Gwee A, Curtis N. Ureaplasma - Are you sitting comfortably? J Infect. 2014;68(SUPPL1):S19-S23.
60. Workowski K, Bolan G. STD Treatment Guidelines CDC. MMWR Recommendations and reports: Morbidity and mortality weekly report Recommendations and reports. Avaiable from https//www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/rr6403a1.htm (Accessed 12.02.2021). 2015;64:140.
61. Bundesamt für Gesundheit BAG. Dringliche Änderungen per 1. Dezember 2020 der Analysenliste
(Anhang 3 KLV). BAG Bulletin. 2020;44:9.
62. Sultan B, White J, Fish R, et al. The “3 in 1” Study: Pooling Self-Taken Pharyngeal, Urethral, and Rectal Samples into a Single Sample for Analysis for Detection of Neisseria gonorrhoeae and Chlamydia trachomatis in Men Who Have Sex with Men. Journal of Clinical Microbiology. 2016;54:650–656.
63. British Association for Sexual Health and HIV (BASHH). British Association for Sexual Health and HIV national guideline for the management of infection with Mycoplasma genitalium 2018 [Internet]. Available from https//www.bashhguidelines.org/current-guidelines/urethritis-and-cervicitis/mycoplasma-genitalium-2018/ (Accessed 09022021). Published online 2019.
64. Soni S, Horner P, Rayment M, et al. British Association for Sexual Health and HIV (Bashh) national guideline for the management of infection with Mycoplasma genitalium (2018). Int J STD AIDS. 2019;30(10):938-950.
65. Notter J, Frey Tirri B, Bally F, et al. Sexuell übertragene Infektionen mit Chlamydia trachomatis. Swiss Med Forum. 2017;17(34).
66. Tarr P. Sexuell übertragene Infektionen mit Chlamydia trachomatis : Empfehlungen der Eidgenössischen Kommission für Sexuelle Gesundheit ( EKSG ) und der Schweizerischen Gesellschaft für Infektiologie ( SSI ). BAG Bull. 2017;(August):8-14.
67. British Association for Sexual Health and HIV (BASHH). 2018 UK national guideline for the management of infection with Neisseria gonorrhoeae [Internet]. Available from https//bashh.org/guidelines (Accessed 10.02.2021). Published online 2020.
68. Fifer H, Saunders J, Soni S, Sadiq ST, FitzGerald M. 2018 UK national guideline for the management of infection with Neisseria gonorrhoeae (British Association for Sexual Health and HIV). Int J STD AIDS. 2020;31(1):4-15.
69. Anic GM, Lee JH, Stockwell H, et al. Incidence and human papillomavirus (HPV) type distribution of genital warts in a multinational cohort of men: The HPV in men study. J Infect Dis. 2011;204(12):1886-1892.
70. Trellu T, Oertle, D Itin, P Furrer, H Scheidegger, C Stoeckle, M Schmid, P Bernasconi, E Cavassini, M Boffi El Amari, E Kahlert C, Vernazza, P Fehr, J Calmy, A Low, N Martinetti Lucchini, G Tarr P. Gonorrhoe: neue Empfehlungen zu Diagnostik und Behandlung. Swiss Med Forum. 2014;14(20).
71. Bundesamt für Gesundheit BAG. HPV-Impfung: ergänzende Impfempfehlung für Jungen und Männer im Alter von 11 bis 26 Jahren. BAG Bull. 2015;10:141–9.
72. Surber J, Hunziker M, Navarria I, et al. Genitalherpes – Update 2020 für die Praxis. Prim Hosp Care Allg Inn Medizin. 2020;20(3):100-104.
73. Bundesamt für Gesundheit BAG. Bundesamt für Gesundheit BAG. Chlamydiose [Internet]. 2019 Dec. Available from: https://www.bag.admin.ch/bag/de/home/krankheiten/krankheiten-im-ueberblick/chlamydiose.html (Accessed 29.01.2021).
74. Bundesamt für Gesundheit BAG. Bundesamt für Gesundheit BAG. Gonorrhoe (Tripper) [Internet]. 2019 Dec. Available from: https://www.bag.admin.ch/bag/de/home/krankheiten/krankheiten-im-ueberblick/gonorrhoe.html (Accessed 29.01.2021).
75. Huber F, Beise U. Sexuell übertragbare Krankheiten. medix STD. Published online 2019:1-8.
76. Bundesamt für Gesundheit BAG. Syphilis in der Schweiz im Jahr 2016. BAG-Bulletin. 2017;43:20-24.
77. Schmutz C, Burki D, Frei R, Mäusezahl-Feuz M, Mäusezahl D. Testing for Chlamydia trachomatis: Time trends in positivity rates in the canton of Basel-Stadt, Switzerland. Epidemiol Infect. 2013;141(9):1953-1964.
78. Grossmann A. Sexuell übertragbare Krankheiten in der Schweiz – Stand 2017. Dermatologie Prax. 2017;27(3):1-3.
79. Price MJ, Ades A, Soldan K, Welton NJ, Macleod J, Simms I, DeAngelis D, Turner KM HP. The natural history of Chlamydia trachomatis infection in women: a multi-parameter evidence synthesis. Health Technol Assess (Rockv). 2016;20(22):1-25'.
80. Davies B, Turner KME, Frølund M, et al. Risk of reproductive complications following chlamydia testing: a population-based retrospective cohort study in Denmark. Lancet Infect Dis. 2016;16(9):1057-1064.
81. Bundesamt für Gesundheit BAG. Chlamydiose in der Schweiz im Jahr 2016. BAG Bulletin.
82. Oakeshott P, Kerry S, Aghaizu A, Atherton H, Hay S, Taylor-Robinson D, Simms I HP. Randomised controlled trial of screening for Chlamydia trachomatis to prevent pelvic inflammatory disease: the POPI (prevention of pelvic infection) trial. BMJ. 2010;(340(apr08 1):c1642–c1642.).
83. Low N, Unemo M, Skov Jensen J, Breuer J, Stephenson JM. Molecular Diagnostics for Gonorrhoea: Implications for Antimicrobial Resistance and the Threat of Untreatable Gonorrhoea. PLoS Med. 2014;11(2).
84. Dombrowski JC, Wierzbicki MR, Newman LM, et al. DoDoxycycline Versus Azithromycin for the Treatment of Rectal Chlamydia in Men who have Sex with Men: A Randomized Controlled Trial. Biomedgerontology. 2020;19:ciab153.
85. Rank RG, Yeruva L. Hidden in plain sight: Chlamydial gastrointestinal infection and its relevance to persistence in human genital infection. Infect Immun. 2014;82(4):1362-1371.
86. Gratrix J, Singh AE, Bergman J, et al. Evidence for increased chlamydia case finding after the introduction of rectal screening among women attending 2 Canadian sexually transmitted infection clinics. Clin Infect Dis. 2015;60(3):398-404.
87. Heijne JCM, Van Liere GAFS, Hoebe CJPA, Bogaards JA, Van Benthem BHB, Dukers-Muijrers NHTM. What explains anorectal chlamydia infection in women? Implications of a mathematical model for test and treatment strategies. Sex Transm Infect. 2017;93(4):270-275.
88. Sandoz KM, Rockey DD. Antibiotic resistance in Chlamydiae. Future Microbiol. 2010;5(9):1427-1442.
89. Stamm L V. Syphilis: Antibiotic treatment and resistance. Epidemiol Infect. 2015;143(8):1567-1574.
90. Kimberlin D, Dwight R. Genital herpes. N Engl J Med. 2004;(11):2073-2088.
91. da Costa-Lourenço APR, Barros dos Santos KT, Meurer Moreira B, Fracalanzza SEL, Bonelli RR. Antimicrobial resistance in Neisseria gonorrhoeae: history, molecular mechanisms and epidemiological aspects of an emerging global threat. Brazilian J Microbiol. 2017;48(4):617-628.
92. Tarr PE. Richtline: Gonorrhoe/Tripper (N . gonorrhoea) [Internet]. SSIGuidelines 2020 Jan Available from https//ssi.guidelines.ch/guideline/2272 (Accessed 09.02.2021). (D):2-4.
93. International Union against Sexually Transmitted Infections IUSTI. 2020 European guideline for the diagnosis and treatment of gonorrhoea in adults. Int J STD AIDS. Published online 2020.
94. Mueller SM, Menzi S, Kind AB, et al. Sexually transmitted coinfections in patients with anogenital warts – a retrospective analysis of 196 patients. JDDG - Journal of the German Society of Dermatology. 2020;18:325–332.
95. Drolet M, Bénard É, Boily MC, et al. Population-level impact and herd effects following human papillomavirus vaccination programmes: A systematic review and meta-analysis. The Lancet Infectious Diseases. 2015;15:565–580.
96. Blomberg M, Dehlendorff C, Munk C, Kjaer SK. Strongly decreased risk of genital warts after
vaccination against human papillomavirus: Nationwide follow-up of vaccinated and unvaccinated girls in Denmark. Clinical Infectious Diseases. 2013;57:929–934
97. Cho CY, Lo YC, Hung MC, et al. Risk of cancer in patients with genital warts: A nationwide, population-based cohort study in Taiwan. PLoS ONE. 2017;12:1–15.
98. International Union against Sexually Transmitted Infections IUSTI. 2019 IUSTI-Europe guideline for the management of anogenital warts. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology. 2020;34:1644–1653.
99. Jung J, Jung C, Lee W, et al. Topically applied treatments for external genital warts in nonimmunocompromised patients: a systematic review and network meta-analysis. British Journal of Dermatology. 2020;183:24–36.
100. Fröhlich Knaute D, Graf N, Lautenschlager S, Weber R, Bosshard P. Serological response to treatment of syphilis according to disease stage and HIV status. Clin Infect Dis. 2012;55:1615–1622.
101. Bundesamt für Gesundheit BAG. Syphilis: aktualisierte Empfehlungen zu Diagnostik und Behandlung. BAG Bull. 2015;21:242-247.
102. Clement M, Okeke N, Hicks C. Treatment of syphilis: a systematic review. JAMA. 2014;312:1905–1917.
103. Markowitz M. Benzathine Penicillin After Thirty Years. Clinical Therapeutics. 1980;3:49–61.
104. Peter G, Dudley MN. Clinical Pharmacology of Benzathine Penicillin G. Pediatric Infectious Disease. 1985;4:586–591.
105. González-López JJ, Fernández Guerrero ML, Luján R, De Górgolas M, Requena L. Factors determining serologic response to treatment in patients with syphilis. Clin Infect Dis. 2009;49(10):1505-1511.
106. Golden MR, Marra CM, King HK. Update on Syphilis Resurgence of an Old Problem. JAMA - J Am Med Assoc. 2003;290(11):1510-1514.
107. Ghanem KG, Ram S, Rice PA. The Modern Epidemic of Syphilis. N Engl J Med. 2020;382:845-854.
108. Hansen BT, Kjær SK, Arnheim-Dahlström L, et al. Human papillomavirus (HPV) vaccination and subsequent sexual behaviour: Evidence from a large survey of Nordic women. Vaccine. 2014;32(39):4945-4953.
109. Bundesamt für Gesundheit BAG. Die HPV-Impfung in der Schweiz: Resultate einer nationalen Befragung im Jahr 2014. BAG Bull. 2015;23:445–52.
110. Svarrer RO, Rasmussen AL, Lauszus FF, Hammer A. No effect of human papillomavirus vaccination on sexual debut of school children. Dan Med J. 2019;66(4):1-5.
111. Marlow LAV, Forster AS, Wardle J, Waller J. Mothers’ and Adolescents’ Beliefs about Risk Compensation following HPV Vaccination. J Adolesc Heal. 2009;44(5):446-451.
112. Grandahl M, Tydén T, Westerling R, et al. To Consent or Decline HPV Vaccination: A Pilot Study at the Start of the National School-Based Vaccination Program in Sweden. J Sch Health. 2017;87(1):62-70.
113. Vivancos R, Abubakar I, Phillips-Howard P, Hunter PR. School-based sex education is associated with reduced risky sexual behaviour and sexually transmitted infections in young adults. Public Health. 2013;127(1):53-57.
114. Kessler C, Blake C, Gerold J, Zahorka M. Expertenbericht:Sexualaufklärung in der Schweiz mit Bezug zu internationalen Leitpapieren und ausgewählten Vergleichsländern. Expertengruppe Sexualaufklärung, Bern, Public Health Services, Bern, Schweizerisches Tropen- und Public Health- Institut, Basel. Published online 2017:51-64.
115. Sander PM, Raymond EG, Weaver MA. Emergency contraceptive use as a marker of future risky sex, pregnancy, and sexually transmitted infection. Am J Obstet Gynecol. 2009;201(2):146.e1-146.e6.
116. Meyer JL, Gold MA, Haggerty CL. Advance Provision of Emergency Contraception among Adolescent and Young Adult Women: A Systematic Review of Literature. J Pediatr Adolesc Gynecol. 2011;24(1):2-9.
117. Habel M, Leichliter J. Emergency Contraception and Risk for Sexually Transmitted Infections Among U.S. Women. J Womens Heal. 2012;21(9):910-916.
118. Bodmer N, Cirigliano L, Demeter D, et al. Jugendsexualität im Wandel der Zeit: Veränderungen, Einflüsse, Perspektiven. Eidgenössische Kommission für Kinder und Jugendfragen EKKJ. Avaiable from https//ekkj.admin.ch/themen/sexualitaet (Accessed 12.02.2021). Published online 2009:29-48.
119. Bundesamt für Gesundheit BAG. «Auf gehts» – das Kondom als Botschaftsträger der neuen Kampagne LOVE LIFE [Internet]. 2019 Nov Available from https//www.bag.admin.ch/bag/de/home/das-bag/aktuell/news/news-04-11-2019.html (Accessed 10.02.20219).
120. Carrillo JE, Green AR, Betancourt JR. Cross-Cultural Primary Care : A Patient-Based Approach. Annals of Internal Medicine. 1999;130:829–834.
121. Seibert PS, Stridh-Igo P, Zimmerman CG. A checklist to facilitate cultural awareness and sensitivity. Journal of Medical Ethics. 2002;28:143–146.
122. Misra-Hebert A. Physician cultural competence: cross-cultural communication improves care. Cleveland Clinic Journal of Medicine. 2003;70:296–8.
123. Gawande A. Naked. New England Journal of Medicine. 2005;645–648.
124. Epner DE, Baile WF. Patient-centered care: The key to cultural competence. Annals of Oncology. 2012;23:33–42.
125. Bundesamt für Gesundheit BAG. Der HIV-Test als wichtiges Element der HIV / STI-Prävention. BAG Bull. 2011;27:555–62.
126. Bundesamt für Gesundheit BAG. Zielsetzungen und Richtlinie. BAG Bull. 2015;21:377-377–9.
127. Vernazza P, Rasi M, Ritzler M, et al. The Swiss STAR trial – an evaluation of target groups for sexually transmitted infection screening in the sub-sample of women. Swiss medical weekly. 2020;150:w2039

Avec la fonction commentaires, nous proposons un espace pour un échange professionnel ouvert et critique. Celui-ci est ouvert à tous les abonné-e-s SHW Beta. Nous publions les commentaires tant qu’ils respectent nos lignes directrices.