L’avenir de l’enseignement numérique

Lorsque l’impossible devient possible

Thématique
Édition
2024/05
DOI:
https://doi.org/10.4414/phc-f.2024.1428447281
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2024;24(05):132

Publié le 08.05.2024

Quasiment aucun événement passé n’a influencé le paysage suisse de l’éducation aussi radicalement que la pandémie de COVID-19. L’enseignement classique en présentiel a en grande partie été remplacé par des formes numériques. Cela n’est-il qu’une tendance passagère? Le PD Dr méd. Roman Hari, doyen de la faculté de médecine de l’Université de Berne et médecin de famille au cabinet de Stadtbach à Burdorf, ose un regard vers l’avenir.
La pandémie de COVID-19 a déclenché un véritable bouleversement dans le paysage de l’éducation. Ce qui était auparavant considéré comme impossible, ou du moins inatteignable, est soudain devenu réalité: l’enseignement numérique. Mais comment ce domaine s’est-il développé et quel chemin a-t-il emprunté avant, pendant et après la pandémie

Avant la pandémie: les approches numériques, un phénomène marginal

Avant l’apparition du COVID-19, les approches numériques d’enseignement étaient un phénomène marginal dans de nombreux établissements. Il existait des projets pilotes, des plateformes numériques de formation et quelques cours proposés en ligne. Toutefois, l’enseignement classique en présentiel prédominait dans le système éducatif. Les outils numériques étaient plutôt considérés comme un complément, et non pas le pilier de l’enseignement. Les institutions et le personnel enseignant qui avaient recours à la formation numérique le faisaient généralement dans un intérêt personnel ou pour offrir aux étudiantes et étudiants une option didactique supplémentaire. La mise en application globale semblait néanmoins encore très éloignée, et ce pour diverses raisons: infrastructure technique limitée, manque de possibilités de formation complémentaire pour le personnel enseignant et inquiétudes concernant la protection des données et la sécurité.

Pendant la pandémie: de l’impossibilité à la nécessité

Avec la survenue soudaine du COVID-19 en 2020, tout a changé. Les écoles et les universités du monde entier se sont vues obligées de passer rapidement à des méthodes d’enseignement entièrement numériques. Ce qui semblait auparavant impossible est devenu la seule possibilité de poursuivre les cours. Le personnel enseignant, les étudiantes et étudiants et les établissements d’éducation ont dû s’adapter rapidement et trouver de nouvelles voies. Tout à coup, des plateformes numériques d’enseignement telles que Moodle, Zoom et Google Classroom sont devenues les principaux outils didactiques. Le personnel enseignant a suivi des cours intensifs pour apprendre comment donner des cours en ligne, les étudiantes et étudiants se sont mis à jongler entre les conférences vidéo et les devoirs en ligne. Au début, les obstacles étaient élevés: problèmes techniques, manque d’expérience dans l’utilisation des outils numériques, difficultés à maintenir la motivation des étudiantes et étudiants et inquiétudes concernant l’égalité des chances.

Après la pandémie: intégration ciblée de modèles hybrides

Tandis que le monde se remet lentement des répercussions directes de la pandémie, la question demeure: qu’adviendra-t-il de l’enseignement numérique? N’est-il qu’une solution temporaire ou sera-t-il intégré durablement? La réponse semble être un compromis. De nombreux établissements d’enseignement reconnaissent désormais les avantages des outils et méthodes d’apprentissage numériques. Ils offrent une certaine flexibilité, permettent un apprentissage individualisé et peuvent aussi venir compléter l’enseignement traditionnel. Le personnel enseignant a appris comment utiliser efficacement la technologie pour améliorer les cours et motiver les étudiantes et étudiants.
Les modèles d’enseignement hybrides, qui combinent le présentiel et des éléments numériques, sont de plus en plus appréciés. Ils offrent la possibilité de concilier le meilleur des deux mondes: l’interaction sociale et l’accompagnement personnel de l’enseignement traditionnel avec la flexibilité et la diversité de l’apprentissage numérique.

L’avenir de l’enseignement numérique repose sur une utilisation équilibrée

Le développement de l’enseignement numérique avant, pendant et après la pandémie de COVID-19 montre que l’impossible est devenu possible lorsque les conditions l’ont exigé. Ce qui a d’abord été imposé s’est désormais transformé en une intégration ciblée. L’avenir de l’enseignement numérique repose sur une utilisation équilibrée qui combine les points forts des méthodes traditionnelles d’apprentissage avec les avantages de la technologie numérique. Cela offre à l’éducation l’opportunité de devenir plus flexible, plus accessible et plus efficace. Si les établissements de formation et le personnel enseignant exploitent cette opportunité et continuent de penser de manière innovante, nous pourrions voir un paysage de l’éducation mieux adapté aux besoins des apprenantes et apprenants d’aujourd’hui et de demain.

Informations personnelles

Le PD Dr méd. Roman Hari est le doyen de la faculté de médecine de l’Université de Berne ainsi que le directeur du cabinet de médecine de famille Stadtbach à Burgdorf. Avant son poste actuel, il a dirigé pendant six ans le département «Enseignement» de l’Institut de médecine de famille de Berne (BIHAM), où il a également obtenu son habilitation en médecine interne générale avec la spécialité «Enseignement médical». Son principal domaine de recherche se concentre sur l’enseignement assuré par des tutrices et tuteurs du milieu étudiant (peer teaching).
Sascha Hardegger
Responsable communication/marketing
Société Suisse de Médecine Interne Générale (SSMIG)
Monbijoustrasse 43
Case postale
CH-3001 Berne
sascha.hardegger[at]sgaim.ch

Avec la fonction commentaires, nous proposons un espace pour un échange professionnel ouvert et critique. Celui-ci est ouvert à tous les abonné-e-s SHW Beta. Nous publions les commentaires tant qu’ils respectent nos lignes directrices.