L'attrait de la Suisse pour les médecins étrangers
Une proportion grandissante

L'attrait de la Suisse pour les médecins étrangers

Lehren und Forschen
Édition
2018/11
DOI:
https://doi.org/10.4414/phc-f.2018.01740
Prim Hosp Care Med Int Gen. 2018;18(11):192-193

Affiliations
Étudiant-e-s en troisième année bachelor de la Faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne

Publié le 13.06.2018

Pendant 4 semaines, les étudiant-e-s en médecine de 3ème année de l’UNIL mènent une recherche dans la communauté sur le sujet de leur choix. L’objectif de ce module est de faire découvrir aux futur-e-s médecins les déterminants non-biomédicaux de la santé, de la maladie et de l’exercice de la médecine.

Introduction

En Suisse, une proportion grandissante de médecins sont détenteurs d’un diplôme décerné à l’étranger. Ainsi, ils représentaient 27,6% des médecins en pratique ambulatoire en 2016 [1]. La venue de ces médecins en Suisse résulte d’un équilibre entre des facteurs incitateurs, qui les attirent, et inhibiteurs, qui font barrière à leur venue. Nous nous sommes donc intéressés à ces différents facteurs dans le cas de l’arrivée d’un médecin de premier recours étranger en Suisse.

Méthodes

Pour ce travail, nous avons considéré comme médecin étranger tout médecin ayant un diplôme de formation de base obtenu à l’étranger. De plus, nous nous sommes uniquement intéressés aux médecins de premier recours installés en cabinet. Nous avons effectué une recherche de la littérature afin d’identifier les facteurs influençant la venue de médecins en Suisse et nous nous sommes intéressés aux formalités administratives nécessaires.
Ensuite, nous avons conduit des entretiens semi-dirigés avec des personnes sélectionnées de la manière suivante: quatre médecins de premier recours étrangers installés à Lausanne ayant fait reconnaître leur diplôme après 2000 (de façon à avoir des données relativement récentes), un représentant de l’Institut suisse de la formation médicale postgraduée et continue (ISFM), un représentant de la Société vaudoise de médecine (SVM) et le médecin cantonal vaudois. L’identification des médecins étrangers a été faite grâce au registre en ligne de la Commission des professions médicales (MEBEKO) [2]. Nous avons également sollicité une des sociétés privées active dans la venue de médecins étrangers en Suisse, mais celle-ci n’a pas souhaité s’exprimer sur son activité.

Résultats

Selon notre recherche de littérature, les facteurs favorisant l’immigration de médecins sont: la qualité de vie élevée, la rémunération plus importante, la haute qualité de la médecine, la sécurité du pays, la demande de soins et les opportunités d’emploi [3]. Parmi les obstacles possibles, on retrouve principalement la reconnaissance du diplôme de médecin par la Commission des professions médicales, qui est uniquement facilitée pour les médecins formés en Europe en raison des accords bilatéraux. Le titre post-gradué est quant à lui délivré par l’Institut suisse pour la formation médicale postgraduée et continue (ISFM). L’Office du médecin cantonal octroie ensuite l’autorisation de pratiquer et de facturer.
Nous nous sommes entretenus avec quatre médecins, tous diplômés en France et arrivés en Suisse après l’an 2000, la plupart ayant été recrutés activement par différentes sociétés privées. Tous les médecins s’accordaient à dire que l’organisation du système de santé et de la pratique est très différente en Suisse par rapport à leur pays d’origine, alors que les connaissances médicales sont les mêmes du fait de l’uniformisation de la médecine via la littérature scientifique. Pour eux, le système de santé suisse est intéressant de par la rémunération, le remboursement par les assurances maladie et les possibilités d’examens complémentaires en cabinet, notamment pour certaines analyses de laboratoire. Pour ce qui est du cadre de vie et de l’exercice de la profession, la sécurité, le pouvoir d’achat élevé et la relation avec les patients, favorisée par la rémunération des consultations au temps plutôt qu’à l’acte, nous ont été mentionnés comme constituant des facteurs attractifs. Les facteurs personnels cités étaient surtout des raisons familiales.
Selon les représentants des différentes instances suisses, l’explication principale de la venue des médecins étrangers est celle de la rémunération. La qualité de vie ainsi que l’organisation du système de santé sont également citées. Concernant les barrières, la reconnaissance du diplôme peut être très difficile à obtenir si la personne a étudié dans un pays hors UE/AELE (Union européenne/Association européenne de libre-échange). La langue peut être à la fois un obstacle et un aspect facilitateur puisque la Suisse est plurilingue.

Discussion

Les facteurs incitatifs mentionnés dans nos résultats montrent que la Suisse est un pays attrayant pour les médecins étrangers, ce qui est confirmé par la proportion importante qu’ils représentent actuellement. Cependant, nos résultats sont limités par le fait que seuls 4 médecins sur les 50 que nous avons contactés aient souhaité répondre à nos questions, ainsi que par la présence d’une seule nationalité dans notre échantillon. De plus, la littérature spécifique à la Suisse abordant cette thématique était très limitée, montrant un besoin de recherche sur ce sujet. En investiguant cette question, on découvre que cette immigration engendre aussi d’autres problèmes qui sont la dépendance dans laquelle elle place la Suisse vis-à-vis des politiques de gestion des ressources humaines des pays d’émigration [4], ainsi que le vol de cerveaux [3].
Dr phil. Jacques Gaume
Responsable de recherche
Coordinateur du module
B3.6 – Immersion
communautaire
Département universitaire
de médecine et santé communautaires
CHUV
Avenue de Beaumont 21 bis
Bâtiment P2
CH-1011 Lausanne
Jacques.Gaume[at]chuv.ch
1 Hostettler S, Kraft E. Statistique médicale 2016 de la FMH. Bulletin des médecins suisses, 98(13):394–400, 2017.
2 Office fédéral de la santé publique. Registre des professions médicales - Medregom (Internet). Disponible: https://www.medregom.admin.ch/fr
3 Martineau T, Decker K, Bundred P. Briefing note on international migration of health professionals: levelling the playing field for developing country health systems. Liverpool:  Liverpool School of Tropical Medicine. 2002.
4 Jaccard Ruedin H, Widmer M. L’immigration du personnel de santé vers la Suisse. Neuchatel : Observatoire suisse de la santé. 2010
© Ammentorp | Dreamstime

Avec la fonction commentaires, nous proposons un espace pour un échange professionnel ouvert et critique. Celui-ci est ouvert à tous les abonné-e-s SHW Beta. Nous publions les commentaires tant qu’ils respectent nos lignes directrices.