Le collègue que vous ne voulez pas avoir

Spots
Ausgabe
2017/10
DOI:
https://doi.org/10.4414/phc-d.2017.01575
Prim Hosp Care (de). 2017;17(10):192

Publiziert am 24.05.2017

Le collègue que vous ne voulez pas avoir

Il y a le collègue hyper-compétent qui vous fait bien sentir que vous n’êtes pas à la hauteur. C’est difficile de ravaler sa fierté, c’est énervant quand le Monsieur Je-Sais-Tout est un peu arrogant, en plus. A terme, pourtant, ça porte ses fruits de dire qu’on ne sait pas, qu’on doute, et d’avoir la motivation pour chercher, pour aller plus loin et savoir mieux faire de jours en jours.
Le collègue qui est en retard, il est un peu casse-pieds mais ça se rattrape facilement. Le collègue qui accumule les plaintes des patients, secrétaires, infirmiers et des stagiaires... Celui là, mon petit coeur révolutionnaire trouve qu’il est absolument injuste qu’il soit là. Après plusieurs tentatives de discussion, des engueulades et colloques entre pairs et avec les chefs, c’est 
par respect pour la profession que je veux le voir sortir du service.
Le collègue qui me pose le plus de problèmes, qui me fait même franchement peur, c’est celui qui est incompétent. Il est terrifié à chaque pas et ne dit pas où sont ses propres limites. Celui là, il balance le travail sur les autres, il pense que la faute est toujours venue d’un tiers, et il est impossible de savoir ce qu’il sait, ce qu’il a fait, et quel est l’état actuel du patient.. Il m’énerve, car il n’a même pas l’air désolé de son incompétence. Il ne comprend pas ce qu’on lui explique, acquiesce et repose la question à un autre dans les 30 secondes. Une fois, un chef lui a demandé de but en blanc s’il attendait que le patient soit froid pour faire quelque chose... Et il a dit qu’il n’avait pas vu la fièvre. BREF.
On ne peut pas tout savoir, on va faire des erreur et rater des choses plus ou moins importantes. C’est la vie ma pauvre Lucette. Mais on est censé s’améliorer à chaque cas, apprendre à chaque colloque, et se remettre en question chaque jour. On va dire que certain terreaux sont plus ou moins fertiles, pour être gentil.
Boucle d’Or (pseudonyme d’une assistante en formation qui raconte sa vie médicale au quotidien, ses joies, ses faux-pas)
Correspondance: stagesdeboucledor[at]gmail.com